ASG Coaching

asg-plaquette_1.png
asg-plaquette_2.png

plaquette de communication recto-verso, 150x200
avec Scribus

2 août

reçu, en cadeau d'anniversaire sur une aire de repos au milieu d'une journée de route,
un "beau livre" de photos de Vivian Maier

le même jour France3 Provence Alpes publie un reportage à l'occasion de deux projections du documentaire "A la rencontre de Vivian Maier " de Charlie Siskel et John Mallof, au cinéma de St Julien en Champsaur, d'où la photographe est originaire.

 

une gouvernante qui photographiait les gens et les rues dans les années 50 à 90, et qui est restée anonyme, comme ses 120 000 images, jusqu'à ce qu'un jeune américain découvre ses films (30.000 négatifs, des dizaines de rouleaux et quelques tirages) par hasard en 2007. 

John Maloof, jeune agent immobilier en reconversion, se consacrera à cette découverte après avoir recherché sur Google le nom de 'Vivian Maier" deux jours après qu'elle meurt, en 2009. Il enquête sur sa vie, numérise ses images, lui dédie un site web : www.vivianmaier.com, publie 2 livres et un documentaire.

Les photos de Vivian Maier < rappellent celles de sa contemporaine Helen Levitt (1913-2009), figure majeure de la « street photography », versant américain de la photographie humaniste française emmenée par Willy Ronis ou Robert Doisneau, la nostalgie en moins. Elle est pleine de tendresse envers les Afro-Américains, mais aussi implacable avec les riches que le sera Diane Arbus (1923-1971) lorsqu'il s'agit de leur tirer le portrait. On pense également à Weegee (1899-1968), qui arrivait avant tout le monde sur les scènes de crime de Manhattan (...) Et à Robert Frank - le premier à oser des cadrages inattendus ou des images floues en 1958, dans son livre Les Américains (...). Ses photos de pieds de passants, cueillies au ras du trottoir, ou ses jeux de reflets dans les vitrines renvoient enfin au travail de Lisette Model (1901-1983), dont Diane Arbus fut l'élève. > *
 
Son style fait le lien entre la photographie humaniste française et la photographie américaine des années 1955-1960, qui préfère montrer les êtres avec leurs failles et leurs faiblesses plutôt que de les idéaliser. Elle embrasse tous les sujets, tous les genres : natures mortes, paysages, portraits, ­autoportraits, dans lesquels elle se dévoile à peine, corps androgyne, ­visage chapeauté, refusant toute forme de séduction. > *
 
 

ailleurs :

. * "Le mystère Maier", Télérama, avril 2011
"A la recherche de Vivian Maier", Huuffington Post (juillet 2014)
interview de Charlie Siskel, coréalisateur d'“A la recherche de Vivian Maier”, (juillet 2014)
. portraits d'habitants du Champsaur, Association Vivian Maier et le Champsaur
Vivian Maier sur Wikipedia

 

bulletin municipal de Correns

C360_2014-07-23-09-12-33.jpg

juillet 2014, format A5, 12 pages, 600 exemplaires
mise en page sous Scribus + rédaction