c41

la grosse cuve 'diacolor compact 50' achetée d'occasion en 2001 a servi.
je me souviens l'avoir portée à pied dans Paris, puis ramenée par le train jusqu'à Amiens, elle m'a ensuite suivie à Marseille, et maintenant à Correns, et je ne m'en étais jamais encore servi.

Image/photo

premiers développement couleur en C41 donc
4 films 120 dans la foulée.

Image/photo

Gerda Taro

 

entendu à la radio par hasard l'existence d'une femme derrière Robert Capa.
photographe, ses images se seraient mélangées à celles de Capa, sans trop qu'on sache si les plus connues de Capa sont bien de lui.

plus tard mon flux rss me renvoie vers un article d''actuphoto' sur la sortie prochaine d'un livre sur Capa ("Robert Capa, Héros").
j'y lis le nom de cette femme : Gerda Taro.

c'est la "première femme photographe tuée au combat" ('wikipedia')
à 28 ans (après moins d'un an d'obtention de carte de presse).
et c'est l'une des premières femmes photojournalistes reconnues.

 

C'est grâce à elle qu' Endre Friedman est devenu Robert Capa. Son idée : créer un Robert Capa baroudeur américain à partir d'un Friedman photographe méconnu.
Ils partent tous les deux en 1936 en Espagne couvrir la guerre, signant leurs reportages sous un même nom.
Elle y meurt écrasée par un char républicain en juillet 37.

Robert Capa publiera en 1938 "Death in the Making", rassemblant leurs images.
'Magnum' en présente plusieurs sur son site.

Mais ce n'est qu'en 2006 qu'une biographe allemande la sort de l'ombre avec un livre : "Gerda Tardo, Une photographe révolutionnaire dans la guerre d’Espagne".
(note de lecture sur 'étudesphotographiques')

Les médias français ont parlé en 2008 de ce couple, à l'occasion de la découverte au Mexique d'une valise disparue depuis 1939 contenant 4500 négatifs réalisés en Espagne pendant la guerre civile dans les années 30.

un article de 'Libé' raconte un peu les différences techniques entre les 2 photographes, et on peut lire ici que < son style se rapproche de celui de Capa, mais diffère par son intérêt pour les compositions formelles et le degré d’intensité avec lequel elle photographie des sujets morbides. >

Ces images ont été exposées pour la première fois en Europe aux Rencontres d'Arles en 2011.
Un livre est sorti chez 'ActesSud' à la même époque :

 La valise mexicaine

 

et il existe une biographie de François Maspero : "l'ombre d'une photographe, Gerda Taro"
(dont une note de lecture se trouve sur 'article11.info')

 
JPEG - 89.5 ko

 

Gerda Taro a une page facebook

et une jolie chanson en son nom : 

 

avec de l'eau

Image/photo

premiers développements autonomes de films 120 n&b
(derniers développement (et tirages) de 135 datant d'avant 2000)
C41 très prochainement

bye bye labophoto République of Marseille

Image/photo